coup_coeur

Article 353 du code pénal
Tanguy Viel
Minuit, 174 p.

Martial Kermeur, ancien ouvrier des arsenaux brestois, est employé depuis son licenciement par la mairie de la Presqu’île. Il garde et entretient ce que les gens de là-bas appellent le château, une grosse bâtisse que la ville tente de vendre depuis quelques années. C’est donc bien volontiers qu’il fait visiter les lieux à Antoine Lazenec. Le promoteur immobilier local parvient rapidement à persuader les habitants qu’il y a là le potentiel d’une station balnéaire grand luxe. Face au juge devant lequel il comparaît six ans plus tard pour meurtre, Kermeur débute son discours par le récit de cet événement. S’amorce alors un roman noir écrit essentiellement au discours direct selon le point de vue de l’accusé. Tanguy Viel distille au gré des déclarations de son personnage principal les éléments d’un discours politique, où Kermeur fait figure de laissé pour compte du déclin industriel, floué par la vie, puis floué par un investisseur véreux. Le protagoniste interpelle ainsi le magistrat : avec son code pénal appris par cœur peut-il juger de cette affaire où la violence a emprunté des voies détournées ? C’est dans la réponse que le juge va donner à cette question que réside la force et le brio du roman.