Dès le lundi 11 mai à 13h30, La Méridienne est ouverte selon l’horaire habituel:
lundi 13h30 – 18h30
mardi – vendredi 9h – 12h00 / 13h30 – 18h30
samedi 9h – 16h en été / 9h – 17h en hiver.

D’emblée, nous souhaitons vous remercier chaleureusement de votre fidélité, de votre soutien et pour vos commandes régulières durant notre période de fermeture. Et nous nous réjouissons de vous retrouver dans notre librairie.

Conformément aux recommandations de l’OFSP, nous devons prendre les mesures suivantes :
– nous accueillerons au maximum 3 personnes en même temps,
– un liquide hydro-alcoolique permettra de vous désinfecter les mains à l’entrée, geste indispensable si vous consultez des livres,
– nous vous demanderons bien sûr d’être attentifs à la distance sociale requise.

Malgré la limitation du nombre de personnes en librairie, nous mettrons tout en œuvre pour vous accueillir et vous conseiller au mieux.

Pour autant, nous poursuivrons la commande de livres par courriel (de préférence): meridienne@bluewin.ch
ou par téléphone (selon les horaires d’ouverture) au 032 968 01 36.

Pour les conseils de lecture, nous pourrons aussi être disponibles par téléphone, si vous le souhaitez.

D’autre part, nous comptons poursuivre aussi longtemps que possible les livraisons à domicile pour les personnes privées (La Chaux-de-Fonds, Neuchâtel, Le Locle), ceci une fois par semaine, en principe le vendredi.

En dehors de ces trois villes, nous vous ferons parvenir votre commande par poste (frais de port à votre charge).

Finalement, nous profitons de ce courrier pour remercier les magnifiques personnes qui ont proposé et assuré – et qui assurent encore – les livraisons à domicile, ceci à titre bénévole.

L’équipe de La Méridienne
Chantal, Agathe, Christine, Karim, Marina, Francy


coup_coeur


Le lambeau
Philippe Lançon
Collection Blanche, Gallimard
512 pages

Si Philippe Lançon a réussi à pareillement nous subjuguer avec son « Lambeau », retenant notre souffle dans les mailles serrées de son filet à beautés avant de le libérer en l’ayant rendu plus ample, plus bigarré, plus acéré, c’est qu’il affûte sa plume depuis longtemps. Chroniqueur à « Libé » et à « Charlie Hebdo », il y a « dérivé » et « musardé » bien avant les attentats, en prenant l’actualité comme impulsion et comme chambre d’échos. Il était question de ne pas répondre ou affirmer – d’autres le font assez fort, vulgairement et maladroitement -, simplement de soupeser l’urgence imposée du présent en convoquant à ses côtés l’imagination, la création, le vide, le sable ; liste non exhaustive.

Ses « Chroniques de l’homme d’avant », publiées par « Les échappés », nous donnent à en lire une mosaïque où miroitent le tsunami et la mort de Milosevic, en passant par la disparition fantasmée des avions. Lançon a dit à un journaliste, surpris de la bienveillance enveloppant son « Lambeau », que c’était sa seule manière, défiguré et alité, de se montrer « digne » et « vertical ». Ces chroniques montrent que cette grandeur d’âme a été sculptée chaque jour, en s’éloignant du prêt-à-(dé)penser martelé par le son creux du Spectaculaire Permanent.